Niveau de difficulté des sentiers

L'article qui suit décrit le nouveau système de cotation des niveaux de difficulté des sentiers de l'IMBA et est directement tiré de notre livre Trail Solutions: IMBA's Guide to Building Sweet Singletrack. Ce volume de 272 pages (en vente par l'IMBA) explique les techniques de pointe et les règles de base éprouvées pour l'aménagement de sentiers, dans un format coloré et facile à lire.

Le système de cotation des niveaux de difficulté des sentiers, mis au point par l'IMBA, est une méthode de base utilisée pour classer les sentiers récréatifs selon leur niveau de difficulté technique relative. Ce système:

  • aide les utilisateurs des sentiers à prendre des décisions éclairées
  • incite les visiteurs à utiliser des sentiers convenant à leur niveau de compétence
  • permet de gérer les risques et de réduire les blessures au minimum
  • améliore les expériences en plein air vécues par divers types de visiteurs
  • aide à mieux planifier les sentiers et les réseaux de sentiers.

Ce système a été adapté à partir du système international de cotation des sentiers utilisé dans les centres de ski alpin du monde entier. Un grand nombre de réseaux de sentiers utilisent ce type de système, surtout les réseaux de sentiers de vélos de montagne situés dans les centres de villégiature. Le système convient davantage à la pratique du vélo de montagne, mais peut également être adapté à d'autres activités comme la randonnée et l'équitation. Pour coter chaque sentier, on devrait se servir à la fois des critères établis, de son jugement et des commentaires des utilisateurs.

Lignes directrices de cotation des sentiers

1. Ne coter que le défi technique.

Le système a pour but de coter le défi technique associé ayx sentiers, et non l'effort physique. Il n'est pas pratique de coter les deux types de difficultés à l'aide d'un seul système. Prenons par exemple un sentier large et facile de 20 milles de longueur. Pour ce qui est du défi technique, c'est un sentier facile, mais en raison de la distance à parcourir, on pourrait classer ce sentier comme étant difficile. La solution consiste à coter distinctement le défi technique et à indiquer l'effort physique nécessaire en affichant la longueur et même la dénivellation du sentier.

2. Recueillir des données sur un sentier.

Utilisez le tableau ci-joint et recueillez des données pour chacun des critères. Il n'existe pas de méthode établie pour calculer le "pointage" obtenu par chaque sentier. Évaluez le sentier par rapport au tableau puis servez-vous de votre jugement afin de déterminer la cote finale. Il est peu probable qu'un sentier obtienne le même niveau de difficulté pour chaque critère. Par exemple, un sentier peut obtenir un cercle vert pour trois critères, mais un carré bleu pour deux autres critères.

3. Préciser le niveau de difficulté et la longueur des sentiers sur les affiches et les cartes.

La longueur des sentiers n'est pas un critère dans ce système. Par contre, en plus du symbole indiquant la cote de difficulté, la longueur des sentiers devrait être indiquée. Une affiche indiquant à la fois la longueur et la difficulté d'un sentier fournit une foule de renseignements, tout en restant simple à créer et facile à comprendre.

De même, la dénivellation n'est pas un critère. Les côtes à monter dans un sentier sont plus un indicateur de l'effort physique à fournir que de la difficulté technique à surmonter. Dans les régions montagneuses, on peut envisager d'indiquer les distances à monter sur les panneaux des sentiers.

4. Évaluer la difficulté par rapport aux sentiers de la région.

Chaque sentier devrait être coté par rapport aux autres sentiers de la région. N'évaluez jamais un sentier sans le comparer à d'autres. Étudiez tous les sentiers d'une région et voyez comment ils se comparent les uns aux autres. Cette façon de procéder vous aidera à coter la difficulté relative de chaque sentier et aidera les utilisateurs à choisir le parcours qui leur convient. Les sentiers sont cotés différemment d'une région à l'autre. Un sentier portant un losange noir dans une région pourrait porter une carré bleu dans une autre, mais les cotes doivent être cohérentes à l'intérieur d'une même région.

5. Exercez votre jugement.

Coter un sentier n'est pas un exercice entièrement objectif. Il vaut mieux combiner des données tangibles et des opinions subjectives pour atteindre une cote finale. Par exemple, un sentier peut présenter tout un éventail de surfaces - la majeure partie du sentier est facile, mais certaines sections sont plus difficiles. Comment coteriez-vous ce sentier? Mettez à profit votre expérience personnelle pour évaluer tous les éléments et choisissez la cote qui correspond le mieux au style du sentier.

6. Tenez compte des autres qualités du sentier.

Outre les critères objectifs, n'oubliez pas les qualités du sentier. Diverses particularités pourraient contribuer à la difficulté d'un parcours. Par exemple, le risque - le sentiment de vide en bordure du sentier et au-delà - représente un défi psychologique, qui s'ajoute à la pente ou à l'irrégularité du sentier. Une pierre de 3 pouces devient un rocher quand elle s'ajoute à une dénivellation de 50 pieds sur le côté du sentier! Le dégagement et le rayon de virage sont également d'autres particularités dont il faut tenir compte.

7. Faites preuve de bon sens et demandez les commentaires des utilisateurs.

Aucun système de cotation ne peut être totalement objectif ou convenir à toutes les situations. Ce système est un outil à utiliser de concert avec le bon sens. Étudiez attentivement les sentiers et obtenez les commentaires des utilisateurs avant d'établir une cote. N'oubliez pas, un réseau de sentiers diversifié offrant différents types de sentiers est un bon moyen de satisfaire les visiteurs. Offrez des sentiers faciles et des sentiers difficiles pour disperser les visiteurs et répondre à tout un éventail de besoins. En indiquant la longueur et le niveau de difficulté des sentiers au moyen d'une signalisation claire, vous permettrez aux visiteurs de choisir facilement le type de sentier qu'ils préfèrent.

Critères

Largeur de la table de roulement

La largeur moyenne de la table de roulement ou de la surface battue du sentier.

Revêtement de la table de roulement

Le matériau et la stabilité du revêtement sont des facteurs déterminants du niveau de difficulté du sentier. Parmi les termes utilisés pour décrire ce revêtement, mentionnons : dur (pavé ou revêtu), ferme, stable, variable, très variable, meuble et imprévisible.

Inclinaison du sentier (maximale et moyenne)

L'inclinaison maximale est définie comme étant la pente de la section de plus de dix pieds de longueur la plus abrupte du sentier (mesurée en pourcentage à l'aide d'un clinomètre). L'inclinaison moyenne du sentier est la mesure de la pente répartie sur toute sa longueur; elle peut être calculée en prenant l'élévation totale du sentier, en la divisant par la distance totale et en la multipliant par 100 pour donner un pourcentage d'inclinaison.

Obstacles naturels et particularités techniques du sentier

Les objets qui ajoutent au défi en ralentissant la progression, par exemple les pierres, les racines, les rondins, les corniches, les marches, etc. La hauteur de chaque obstacle est mesurée de la surface du revêtement jusqu'au sommet de l'obstacle. Si la hauteur de ce dernier est inégale, il faut la mesurer au point où l'obstacle est le plus facile à surmonter.

Les caractéristiques techniques sont les objets qui ont été placés pour ajouter au défi technique que pose le sentier, par exemple pierres, rondins, ponts surélevés, bascules, marches, etc. La hauteur et la largeur de l'objet doivent être mesurées.

Très facile
Cercle blanc
Facile
Cercle vert
Plus difficile
Carré bleu
Très difficile
Losange noir
Extrême
Double losange noir
Largeur du sentier 72 po ou plus 36 po ou plus 24 po ou plus 12 po ou plus 6 po ou plus
Revêtement Durci ou revêtu Ferme et stable En grande partie stable, une certaine diversité Très diversifié Très diversifié et imprévisible
Inclinaison moyenne

Inclinaison maximale
Moins de 5 %

Maximum 10 %
5 % ou moins

Maximum 15 %
10 % ou moins

Maximum 15 % ou plus
15 % ou moins

Maximum 15 % ou plus
20 % ou plus

Maximum 15 % ou plus
Obstacles naturels et Particularités techniques (PT) Aucun Obstacles inévitables 2 po de hauteur ou moins 

Possibilité d'obstacles évitables

Ponts inévitables : 36 po de largeur ou plus
Obstacles inévitables 8 po de hauteur ou moins

Possibilité d'obstacles évitables

Ponts inévitables : 24 po de largeur ou plus

PT de 2 po de hauteur ou plus, largeur du tablier des ponts supérieure à la moitié de la hauteur
Obstacles inévitables 15 po de hauteur ou moins

Possibilité d'obstacles évitables

Possibilité de pierres mobiles

Ponts inévitables : 24 po de largeur ou plus

PT de 4 po de hauteur ou moins, largeur du tablier des ponts inférieure à la moitié de la hauteur

De courtes sections peuvent dépasser les critères
Obstacles inévitables 15 po de hauteur ou plus

Possibilité d'obstacles évitables

Possibilité de pierres mobiles

Ponts inévitables : 24 po de largeur ou moins

PT de 4 po de hauteur ou plus, largeur du tablier des ponts imprévisible

Plusieurs sections peuvent dépasser les critères